Ker – 109/394 – I’m An Albatroz

Quelques jours sur base durant l’OP0(*), nous ont permis de retrouver tout le monde et de fêter ça. C’est également le cœur lourd que nous regardons le Marion partir au loin avec Meumeu notre prédécesseur qui nous a tant appris pendant plus de 2 mois. Nous sommes à sa place désormais.                                                                                                                  (*)Opération Portuaire (dépose en vivres et matériel lors du passage du Marion Dufresne). 

1_l_equipe_109L’équipe du Programme 109 Karine, Meumeu, Sameul, Rnest en mode Viking.

Et cette fois, c’est de nos propres ailes que nous partons en manips avec les 2 manipeuses du programme 394. Ta dadada dadada c’est l’Tour Courbet qui redémarre : direction Cataractes avec un détour par la Anse Betsy pour compter les Grands Albatros. Malgré un petit crachin, nous apprécions l’arrivée dans cette petite cabane, trop petite pour nous mettre debout, mais un module tout neuf et agréable proche d’une petite rivière.

2_cabane_de_cataractesCabane de Cataractes

Le lendemain levé pour le départ à 8h afin de compter les Alba jusqu’à Cap Cotter. 8h de transit et de nombreuses souilles à traverser, mais nos jambes tiennent le coup car on est désormais rodé.

On s’arrête 3 jours à Cap Cotter pour la manip 394 et transponder 100 poussins. Manips de ouf, on arrive à terminer tout ça en 2 jours. Le transpondage consiste à injecter une petite pilule dans la graisse de l’oiseau. Comme nous ne pouvons pas baguer les Gorfous macaroni à cause de leur morphologie de patte, les transpondeurs sont idéaux puisqu’ils permettent d’individualiser tous les oiseaux. Une antenne est ensuite branchée en bord de colonie et à leur passage les oiseaux peuvent être détectés.                                                           En Cabane, heureusement que Sameul avait ses crocs(*). C’est le seul à avoir des chaussons en cabane, du coup tout le monde lui pique pour sortir.                                           (*) : crocs : matériel essentiel dans les TAAF.

3_everythingEverything

La troisième journée à Cotter est très ensoleillée et nous prenons un petit déjeuner en extérieur sous au moins 13°. Après avoir bien mangé, c’est parti pour l’ascension du Mont Campbell à 143m de haut. Nous dominons toute la péninsule Courbet.

4_petit_dej_cotterPetit Dej Cotter

5_haut_du_mont_campbellHaut du Mont Campbell

6_nord_peninsule_courbetNord Péninsule Courbet

Après cette épopée, nous profitons de l’après-midi ensoleillée pour organiser les touques de nourriture et l’on trouve un met rarissime en cabane : de la bière !!! bien cachée au fond d’une touque. On assiste à un super coucher de soleil sur notre repas thématique, assiette de riz façon Campbell.

7_rangement_de_touquesRangement de la nourriture

7_repas_un_campbellRepas Campbell

Le lendemain départ pour Cap Noir à 7h30. Le brouillard inonde la péninsule ce qui rend difficile le comptage Alba et nous fait faire beaucoup de kilomètres à sillonner les vallées et chaque recoin pour dénicher ces dindes blanches qui arrivent, malgré leur taille, à bien se cacher. Nous apercevons dans la brume les silhouettes d’une dizaine de Rennes qui remontent la Coline de l’Azorelle. Arrivé à Cap Noir avec un beau soleil et des Otaries partout comme d’habitude le temps nous permet de faire quelques photos et de profiter de la magnifique vue de Cap Noir. En descendant contrôler, la présence des pups d’Otarie d’Amsterdam, nous croisons également le regard de 3 chattons sortant d’un terrier.

8_pups_otariePups d’Otarie de Kerguelen

9_chattonChatton

Réveil 4h pour le transit le plus long… quand tu as les yeux dans le pâté et que tu ouvres la porte, tu entends « Grrr » … Ho Pu*** ! Un mâle d’Otarie pas loin de là, mais qui se barre, rien à craindre. Rnest enferme par mégarde le reste de l’équipe dans la chambre avant le petit dej, mais sinon tout va bien. Départ à 5h45 pour Ratmanoff. Nous avons une belle journée légèrement ensoleillée et pas trop de vent. Nous continuons de recenser les grosses dindes blanches et nous en profitons à 8h pour faire une pause à la manchotière de Cap Digby. Nous restant encore beaucoup de route, nous ne trainons pas plus. Nous passons le déversoir du Lac Marvil à marée montante. NIKL pas d’eau. Les ambiances avec les Canards d’Eaton (oiseau le plus lourd du monde) sont justes magiques et nous rappellent un peu le marais chez nous.

10_ambiance-sous-les-canard-deatonAmbiance sous les Canards d’Eaton

Ça fait près de 9h que nous marchons et nous ne sommes pas encore arrivés. Nous apercevons la manchotière géante de Ratmanoff et la cabane de guetteur. Encore un effort pour les derniers Alba à compter et nous retrouvons l’équipe ETOTHAF accompagnée de son manipeur GEOPHY et notre Popchat à cette cabane. Le soir c’est le Bosco qui nous a préparé le repas. Nous descendons dans la grande maison appelée Manchot. De l’eau courante pompée dans la rivière, une douche chaude pour les plus sales, mais pas pour nous, on est des héros polaires ! Le repas est très familial avec une bonne ambiance, Séviché de Truite et Lapin, terminé par une tarte aux Poires que demander de mieux en cabane. Nous racontons ainsi nos petits périples à nos amis, tout en enlevant les boules d’Ascéna.

Ha oui, on n’en a pas encore parlé : l’Ascéna, cette petite plante endémique des terres australes s’accroche partout et peut vous détruire une polaire.

11_ascenaAscéna

Nous partons le lendemain en direction de Morne. Moins d’Alba sont présents sur le trajet ce qui nous permet d’aller un peu plus vite. Mais on sait qu’il y a une surprise à chaque Tour Courbet et qu’on n’en a pas encore eu. A pointe Charlotte, Sameul trouve une Elephant de mer avec une balise GPS sur la tête. Nous savions qu’une balise du labo n’émettait plus et était dans le coin, mais de là à tomber dessus. La manip prend un peu de temps, mais nous réussissons tant bien que mal à récupérer le matériel sur l’animal qui ne se laisse pas faire et qui dans un élan de furie a cassé le baton d’Rnest en deux.

12_grand_albatrosGrand Albatros dans les bois de renne

13_sameul_albaSameul au milieu des Albas

Nous repartons malgré tout vers la cabane de Morne où nous restons pour une grosse journée. La cabane est pauvre en nourriture. Il y a le minimum. Rnest à son habitude fait le pain. 4 belles baguettes nikl. Une croute croustillante impeccable, mais pas de chance la farine a été conservée dans de mauvais bâtiments sur PAF… il en résulte un pain avec un léger goût d’essence… agréable !!! On mange quand même très bien et nous attaquons le lendemain matin tranquillement le suivi des Alba de pointe Morne. En une matinée tout a été réglé, ce qui nous laisse l’après-midi pour nous promener et prendre des photos sur ce site magnifique.

14_pointe-de-lornithologiePointe de l’Ornithologie

15_vu_sur_pointe_morneVue Sur Pointe Morne

16_pain_gout_gazoilPain goût Gazoil

Dernier transit sans Alba cette fois-ci. Nous rentrons sur PAF. Notre chemin croise celui d’une étrange bestiole du fond des âges. Une petite Limule pas plus grande que la paume d’une main. Arrivée à PAF pour manger à midi. Un transit qui se termine en beauté.

17_limuleLimule

18_lequipe_109_394L’Equipe 109 394

Publicités